Les montres connectées poussent les marques suisses à licencier

Une montre suisse de chez RolexSi les horlogers suisses ont eu du mal à se faire à l’idée qu’un nouveau marché allait s’ouvrir avec l’arrivée des premières montres connectées, il semble que l’année 2016 a bien été celle de la prise de conscience.

Bien que les ventes de montres connectées ne soient pas fameuses, on se rend compte que l’horlogerie suisse n’est pas au sommet de sa forme non plus.

Ainsi, un journal local raconte que les travailleurs frontaliers (français mais travaillant en suisse) subissent de plein fouet cette nouvelle crise horlogère. Il y aurait déjà eu plus de 1 500 licenciements et les perspectives ne sont pas meilleures pour les mois à venir.

Mais comme expliquer ceci ?

Il y a plusieurs facteurs et je pense que les deux principaux sont évidents…

Les montres connectées prennent des parts de marché

Les montres suisses sont souvent vendues entre 200€ et 1000€ (hors Swatch et ses petits prix) ce qui pousse certains acheteurs à se tourner vers une Apple Watch ou une montre Samsung qui sont aussi dans cette gamme de prix. Pour les acheteurs geeks et plus jeunes, une montre connectée semble avoir une meilleure valeur perçue.

La qualité des matériaux et de l’horlogerie importe finalement peu pour cette gamme de consommateurs.

Donc, même si les montres connectées se vendent finalement peu (et encore, cela reste à prouver), elles prennent tout de même une petite part de marché des montres suisses !

Globalement, il se vend moins de montre

J’ai aussi pu constater que globalement, le marché de l’horlogerie ne semble pas nécessairement propice à un développement.

Les jeunes générations portent de moins en moins de montre au poignet. Il n’est donc pas étonnant que les ventes diminuent en conséquence.

Oui, les Suisses devraient être inquiets

Quelle que soit l’explication retenue : l’horlogerie suisse est en difficulté. Certes, elle en a vu d’autre au moment de l’arrivée de montres à quartz.

Mais ceci est inquiétant pour tout le marché de l’horlogerie. Heureusement, les principaux groupes horlogers ont déjà investi dans la montre connectée et, si le danger subsiste, il ne faut aucun doute que certaines marques comme Swatch peuvent redoubler d’effort pour commercialiser des modèles connectés plaisant et conçus en Suisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *